Première grande étape : le «business plan» de votre gazon bio

En réalité, la première étape parle beaucoup de jardinage mais ressemble plus à une activité administrative. Elle va cependant vous permettre de faire une longue réflexion bien utile dont va dépendre toutes les autres. Vous allez pouvoir concrètement vous organiser, vous poser les bonnes questions, vous renseigner sur votre lieu d'implantation et enfin choisir les bonnes semences parmi la multitude que vous pourrez trouver à votre disposition.

 

Vous organiser !

Il vous faut planifier votre projet dans le temps et dans l'espace. Faites un plan pour connaître exactement le lieu et la taille de l'espace à créer. Cela vous sera très utile lors de l'achat des semences ou de l'outillage. Décidez des dates et estimer le temps de travail que cela pourra engendrer. Voyez si vous pouvez le réaliser seul ou si vous aurez besoin de main-d’œuvre. Prenez déjà vos décisions en matière d'équipements motorisés car le gazon bio peut l'être à différents niveaux :

  • vous pouvez choisir de semer des graines bio mais de faire la préparation du terrain avec des outils électriques ou thermiques,
  • vous pouvez choisir de réaliser intégralement votre pelouse écologique en incluant toute l’éthique du bio et en réalisant tous les travaux avec un minimum d'émission de CO2.

Dans ce dernier cas, le temps et l'énergie humaine seront considérablement augmentés.

 

Les bonnes questions !

  • Un gazon, pour quel usage ?

Pour faire beau ou pour en faire un lieu d'accueil, de jeux, de sport .. 

  • Une herbe plutôt courte ou plutôt haute ?

Pour un côté sauvage ou un côté campagne...

  • Avec ou sans entretien ?

Vous préférez une tonte hebdomadaire ou plutôt, ne jamais vous en soucier. Les plantes sont toutes différentes, il vous faudra bien les choisir pour ne pas avoir de surprise avec le temps.

  • Avez-vous un budget à ne pas dépasser ?

Les graines et l'outillage peuvent vite faire gonfler la facture. Bien évaluer votre projet évitera de vous lancer dans une aventure difficile à terminer.

 

Le lieu d'implantation

L’environnement de votre gazon va définir un certain nombre de points importants.

Ainsi, de manière globale, le gazon ne se développe pas de la même façon au nord ou au sud. Les conditions météorologiques influent sur le développement de la pelouse écologique. Vous devez en savoir plus sur les fréquences des pluies et des sécheresses de votre secteur.

Votre gazon bio pourra également subir des influences aussi diversifiées qu'inégalement réparties. Il faut donc repérer les endroits qui pourraient poser un problème comme une zone trop ombragée qui favorisera l'humidité, une dénivellation qui engendrera une rétention d’eau, etc.

Toutes ses informations viendront remplir un peu plus votre cahier des charges en matière de travaux ou d'aménagement comme :

  • l'égalisation du sol,
  • le déplacement du projet en surface.

Vous pouvez compléter votre réflexion sur votre gazon bio avec :

  • la forme,
  • les pentes naturelles,
  • la nature du sol,
  • la composition de votre sol,
  • les tests de pH.

Vous pouvez également repérer la ou les structures de votre terrain. Toutes les terres présentent ainsi des particularités plus ou moins propices au développement du gazon  :

  • La terre argileuse sèche est lourde et dure, collante quand elle est humide. Elle retient bien l’humidité et les minéraux mais elle est difficile à travailler. Il est nécessaire de l’alléger surtout pour le travail manuel.
  • La terre sablonneuse est très friable et perméable. Les éléments nutritifs ne peuvent pas bien s'y déployer car elle est trop filtrante. Il faut intervenir régulièrement en apport de matière organique.
  • La terre calcaire est une terre assez riche en cailloux et plutôt boueuse par temps humide. Elle doit être amendée fréquemment avec un peu de sable pour alléger sa structure. Il faut également la fertiliser avec du compost ou de l'engrais.
  • La terre humifère est peut-être la meilleure des terres, elle est légère et de couleur foncée, elle est riche en nutriments et capable de retenir suffisamment l’eau. Elle peut cependant être trop acide. Il faut donc lui ajouter de la terre argileuse ou calcaire pour la renforcer. L'épandage de chaux lui est favorable.

La préparation de la structure du sol peut être la première étape de votre projet même si vous avez opté pour un gazon bio. Certaines techniques naturelles permettent d'intervenir avec un grand respect de l'écologie et de la biodiversité. De plus, il existe des mélanges de semences créés spécialement pour les sols difficiles auxquels s'ajoutent les plantes couvre-sols.

 

Choisir les bonnes graines et les bonnes plantes

S'il existe toute une panoplie de type de graines à gazon en jardinage conventionnel comme :

  • le gazon Rustique,
  • le gazon Sport,
  • le gazon Jeu,
  • le gazon Anglais,
  • le gazon Prairie,
  • le gazon Ombre,
  • le gazon Soleil,
  • le gazon Littoral,

en revanche, en matière de gazon bio, les mélanges sont encore plus rares et élaborés uniquement par des agriculteurs spécialisés en agriculture biologique. Il faut donc se référer à leurs bons conseils en le domaine. Actuellement les mélanges disponibles offrent le plus souvent :

  • une bonne résistance à la sécheresse,
  • une bonne tolérance au soleil,
  • une adaptation au froid,
  • une capacité à résister à l'humidité.

Les quantités de semences sont à évaluer en fonction des m2 à couvrir. De plus, vous pouvez également intégrer des plantes sauvages couvre-sols en plus de votre gazon bio comme :

  • Les thyms,
  • Le gazon des Mascareignes,
  • Les achillées
  • La verveine nodulaire
  • La turquette
  • La camomille Romaine
  • Le Dichondra rampant
  • Le Pratia pedunculata.

Une fois votre choix fait vous pouvez mettre en place le calendrier des travaux pour la réalisation de votre pelouse écologique.

 

Le calendrier d'aménagement du gazon bio

Le semis prendra environ 4 à 5 semaines avant de pouvoir passer à la première tonte. Les aménagements du sol et de la structure de la terre demandent plus de temps et il convient de les démarrer bien plus tôt que la date de semis envisagée pour ne pas voir son projet être repoussé ultérieurement. En effet, ni le froid ni le trop chaud n'est favorable à la germination. Il faut donc se situer dans une zone de printemps ou d'automne pour procéder à l'ensemencement du gazon bio.

 

Pulverisateur JET7
Pulverisateur JET7
Découvrir nos autres sites sur les nuisibles...
Depuis 2007, les meilleurs produits dans notre boutique ...
...et les annuaires des professionnels de la lutte contre les nuisibles...